13 avril 2018

Catégories

Compte rendu de l’audience avec M. Clermont, directeur de l’ESPE Strasbourg

Compte rendu de l'audience avec M. Clermont, directeur de l'ESPE (...)

Compte rendu de l’audience du mardi 20 mars 2018 avec M. Clermont, directeur de l’ESPE :

(Gauvain END, cosecrétaire départemental 67 FSU, Jean-Louis HAMM, cosecrétaire académique SNES FSU)

Les modalités des parcours sont différentes selon les matières. P. ex. celles / ceux qui doivent produire un mémoire de master ne rédigent pas de rapport de stage. Le dit rapport a pour objectif de confronter le projet de début d’année à ce qui a été réellement fait, comme un retour réflexif ; il donne lieu à un oral devant deux collègues.
La surcharge de travail est parfois due à l’Inspection de la discipline, p. ex. confier des classes de terminales à un.e stagiaire, l’engager dans les épreuves du KMK (allemand) ou l’e-twining (anglais). Les collègues en formation ne doivent pas hésiter à faire remonter leurs soucis au Conseil des études où ils sont représentés ; par ailleurs, M. Tisserand les recevra. En principe, vers la fin de l’année, il y a aussi une réunion de bilan avec la / le responsable de formation, qui peut prendre une forme conviviale, p. ex. un pique-nique. Les avis de titularisation doivent être rendus vers le 23 mai, sauf le mémoire, ce qui charge cette période.
Les problèmes liés à la tutrice / au tuteur (éloignement, disponibilité…) peuvent être dus au fait que le Rectorat utilise d’abord les stagiaires comme des moyens d’enseignement, et les place là où il y a des besoins. En ce qui concerne les visites :
- les étudiant.es en DU ont une première visite en février (qui compte pour la validation), éventuellement précédée d’une visite conseil si des difficultés ont été repérées ;
- les étudiant.es en M 2 ont une visite en automne, puis une visite de validation, suivie d’une visite assurée par un IPR ou par un.e faisant fonction. En cas de difficultés, l’ESPE procède à un aménagement de la formation, fait suivre la / le jeune collègue par un.e enseignant.e, et ajoute des visites.
Dans tous les cas, c’est la formation qui est prioritaire, seuls les conseils de classe passent avant (et pas les réunions parents-professeurs). Cela s’explique parce que le système est une alternance entre la temps de formation et le temps en établissement. Pour la conférence des directeurs d’ESPE, cette solution n’est pas satisfaisante : ils se prononcent pour deux années pleines de stage, sans concours sur cette période.
Le processus de validation s’appuie sur trois avis :
- celui du directeur de l’ESPE, à propos des compétences et de l’engagement du collègue, sur avis des équipes pédagogiques et harmonisation entre disciplines ;
- celui du chef d’établissement ;
- celui de la tutrice / du tuteur, avec une visite de l’IPR, qui n’est pas obligatoire, et qui fait suite à une décision de notre Académie.
S’il y a un avis négatif, la / le stagiaire est convoqué.e par le jury académique (IPR, chef d’établissement, formateurs hors discipline). Il ne doit pas hésiter à consulter son dossier au Rectorat pour anticiper les questions.