14 avril 2020

Contenus Métiers

Préparation de rentrée dans les collèges du Bas-Rhin : Toujours moins !

Les collèges du Bas-Rhin font une fois de plus particulièrement les frais des politiques d’austérité budgétaire, avec une nouvelle dégradation du H/E (nombre d’heures par élève) qui passe de 1,243 en 2019 à 1,239 pour la rentrée 2020. Concrètement, cela signifie une augmentation du nombre de classes chargées (plus de 56% des classes du département au-delà de 28 élèves – 22 en éducation prioritaire), voire très chargées (plus de 36% des classes à 1 élève ou moins du seuil), alors que certains effectifs semblent avoir été sous-estimés et que les inclusions ne sont toujours pas prises en compte dans les effectifs des classes de référence. L’enseignement facultatif du chant choral perd lui aussi une heure par semaine1 tandis que l’IMP dédiée au laboratoire de technologie a été supprimée dans un certain nombre de collèges. Tout ceci montre bien que les priorités ministérielles, au rang desquelles l’école inclusive ou le développement de la pratique collective de la musique, ne sont que des mots.
Les élèves de SEGPA sont eux aussi les oubliés de cette préparation de rentrée. Contrairement aux engagements pris lors d’un groupe de travail, des classes à double niveau, au moins une douzaine, surtout sur les niveaux 6e-5e, continuent d’exister.
Lors du CTSD (Comité Technique Spécial départemental) qui s’est tenu le jeudi 9 avril, le SNES-FSU est donc intervenu pour demander des créations de postes pour les collèges et d’abord que soient rendus les 345 postes mis en réserve, nationalement, par le ministère. Ces moyens permettraient d’abord de réduire les effectifs des classes pour répondre aux besoins des élèves, en particulier les plus fragiles, ceux que le confinement aura le plus tenu éloignés de l’école. Nous avons aussi dénoncé le fait que l’enseignement adapté ne soit pas aussi bien traité, par exemple, que l’école européenne qui bénéficie de moyens bien supérieurs à ceux des collèges du département, à l’égal de ceux des établissements de l’éducation prioritaire.
Nous avons également interrogé la DASEN sur un certain nombre de points : la suppression de l’IMP pour la technologie dans des collèges où existent pourtant au moins deux postes d’enseignant (la situation devrait être régularisée en juin), la sous-estimation des effectifs sur un niveau ou plus dans près d’un collège sur 5 de l’académie (des moyens ont été provisionnés pour ouvrir une vingtaine de divisions supplémentaires en fonction des remontées d’effectifs au mois de juin, avec une attention particulière pour les établissements où existent des dispositifs d’inclusion), certains ajustements (des heures supplémentaires sont notamment attribuées aux collèges pour l’enseignement bilingue ou pour les groupes de Langues Vivantes quand il existe une 3e LV), la non attribution de 3h supplémentaires pour des classes de SEGPA à double niveau dans 2 collèges du département (un oubli !).
De nombreux Conseils d’administration dans les collèges se tiendront au mois de juin. Il sera alors important de vérifier que les moyens nécessaires au fonctionnement de l’établissement (divisions supplémentaires pour respecter les seuils, heures pour les classes à double niveau en SEGPA ou pour les groupes de langues) auront été bien attribués. Si vous avez la moindre question, n’hésitez pas à vous rapprocher des sections académique et départementales du SNES.

1. Sur l’Enseignement Facultatif du Chant Choral, le rectorat répond qu’il s’agit d’un enseignement facultatif qui doit donc être financé sur les heures de marge de l’établissement et que la Rectrice a décidé de soutenir cet enseignement en lui attribuant 1h.