Le Bac est l’affaire de tous

Cadre national, Epreuves terminales pour les langues vivantes

Les collègues se battent depuis près d’un an sur le terrain, dans les CA (motions, pétition aux IPR) et au niveau national
pour faire bouger le ministre (pétition, audience (31/10/12), lettre intersyndicale (26/10/12)).

Nos demandes sont les mêmes depuis le début du mouvement : que toutes les nouvelles épreuves orales et écrites de langues vivantes soient évaluées dans un cadre national et terminal.
Nos revendications commencent à être entendues :

L’impréparation des professeurs et des élèves (1) face à des modalités et contenus très flous fait faire un premier geste au ministre :

Epreuves de compréhension orale  : il a annoncé au CSE (Conseil Supérieur de l’Éducation) du 22/11/12 la consigne donnée aux Recteurs de les repousser, en cas de besoin, au 3e trimestre. Une circulaire devrait être adressée rapidement aux établissements.

Sujets zéro : des sujets zéro pour les épreuves écrites du bac 2013 ont été publiés. Ils ne sont guère utiles en l’état car si l’on apprend que les candidats plancheront vraisemblablement sur 2 textes, il n’y a que des pistes d’exploitation mais aucun exemple de grille d’évaluation.

Des sujets audio pour la compréhension orale devraient aussi être proposés. Sujets consultables sur Eduscol :
http://eduscol.education.fr/pid26552-cid66188/exemples-de-sujets-de-lv1-et-lv2.html

Parallèlement, le Ministère a semble-t-il entrepris de simplifier les épreuves orales. La création d’une épreuve ponctuelle et d’une banque de données n’est donc plus exclue.

Nous avançons pas à pas grâce à la détermination des professeurs de langues vivantes, mobilisés depuis un an avec le SNES. L’action collective paye et peut faire bouger les lignes.

Ces lignes sont claires : le SNES demande des épreuves nationales et terminales pour toutes les épreuves orales et écrites afin de garantir l’égalité de traitement de tous les candidats.

-  Le Snes académique demande une audience au recteur pour relayer ces demandes.
-  Dans nos établissements, informons les parents et les élèves http://www.snes.edu/Action-contre-les-modalites-du-Bac.html

Continuons d’agir à tous les niveaux !

(1) Dans notre académie, les 1res réunions d’information de novembre 2012 ont eu lieu en l’absence de tout IPR. Les inquiétudes quant au risque d’inégalité de traitement et d’évolution rapide vers des bac « maison » entraînant un creusement des inégalités territoriales et locales demeurent, doublées de colère : la surcharge de travail imposée en un temps aussi court et sans formation adaptée ni aucune rémunération est inacceptable et correspond de fait à une régression salariale.
Rappelons que l’organisation matérielle des épreuves orales dans les établissements, quelle qu’en soit la date, ne saurait incomber aux collègues.